Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Santé psychique

La santé psychique ou les atteintes à celle-ci résultent de la conjonction de plusieurs facteurs d’influence comme les ressources personnelles et sociales, les crises existentielles ou l’accès à une aide professionnelle. Les indicateurs tels que la détresse psychologique, la dépressivité, le sentiment de maîtriser sa vie comme facteur de protection ou encore la quantification du traitement des problèmes psychiques servent à établir un constat de la santé psychique des personnes.

1. Détresse psychologique

Sans poser de diagnostic, cet indicateur révèle une probabilité élevée de trouble anxieux ou dépressif. Il se fonde sur une série de questions tirées de l’Enquête suisse sur la santé et tient compte de l’auto-évaluation, par les personnes interrogées, de la fréquence à laquelle elles se sont senties nerveuses, tristes, équilibrées ou heureuses au cours des quatre semaines précédant le sondage.

Détresse psychologique selon le sexe, en pour-cent

  basse moyenne haute
Hommes 86.7 10.6 (2.7)
Femmes 81.8 13.2 4.9
Total 84.3 11.9 3.8

Légende : les chiffres entre parenthèses présentent une fiabilité statistique limitée (moins de 30 réponses).

Source : Office fédéral de la statistique, Enquête suisse sur la santé 2012, données du canton de Berne, population dès 15 ans, estimation SAP

Exemple : 86,7% des hommes et 81,8% des femmes considèrent leur détresse psychologique comme faible.

Détresse psychologique selon le niveau de formation achevée

Les évaluations révèlent que les personnes ayant achevé une formation de degré tertiaire souffrent moins souvent de détresse psychologique que celles qui n’ont suivi que l’école obligatoire.

2. Traitement des troubles psychiques

Personnes traitées en raison d'un problème psychique pendant les douze derniers mois, selon le sexe

  oui non
Hommes (3.5) 96.5
Femmes 7.7 92.3
Total 5.7 94.3

Légende : les chiffres entre parenthèses présentent une fiabilité statistique limitée (moins de 30 réponses).

Source : Office fédéral de la statistique, Enquête suisse sur la santé 2012, données du canton de Berne, population dès 15 ans, estimation SAP

Exemple : au cours des douze derniers mois, 5,5% de la population bernoise a suivi un traitement pour problème psychique, les femmes davantage que les hommes.

3. Dépression majeure

Cet indicateur montre si et dans quelle mesure une personne interrogée souffre d’un désordre dépressif (faible ou minime, modéré, modérément grave ou grave) sur la base de neuf critères fondant la dépression majeure (voir le questionnaire PHQ-9 sur la santé des patients) repris dans l’Enquête suisse sur la santé. Les dépressions modérément graves ou graves doivent être traitées par des spécialistes, tandis que les dépressions modérées nécessitent une investigation clinique.

Prévalence des troubles dépressifs selon le sexe, en pour-cent

  aucun ou minimaux légers moyens assez graves ou graves
Hommes 78.6 16.1 (3.8) (1.5)
Femmes 71.5 23.6 3.9 (1.0)
Total 75.2 19.8 3.8 1.2

Légende : les chiffres entre parenthèses présentent une fiabilité statistique limitée (moins de 30 réponses).

Source : Office fédéral de la statistique, Enquête suisse sur la santé 2012, données du canton de Berne, population dès 15 ans, estimation SAP

Exemple : 78,6% des hommes et 71,5% des femmes ne présentent aucun symptôme ou alors uniquement des signes minimes de troubles dépressifs.

4. Sentiment de maîtriser sa vie

Cet indicateur renseigne sur le sentiment qu’a une personne de pouvoir organiser sa vie elle-même. Un fort sentiment de maîtrise de sa propre vie a une influence positive sur la santé en général, sur la joie de vivre et sur la résistance psychique. L’indicateur se fonde sur une série de questions tirées de l’Enquête suisse sur la santé.

Sentiment de maîtriser sa vie, selon le niveau de formation  achevée

Agrandir l'image Source : Office fédéral de la statistique, Enquête suisse sur la santé 2012, données du canton de Berne, population dès 15 ans, estimation SAP

Exemple : les personnes au bénéfice d’un diplôme de degré tertiaire sont plus nombreuses à afficher un fort sentiment de maîtriser leur vie (44,8%) que celles qui n’ont suivi que l’enseignement obligatoire (36,7%).


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.gef.be.ch/gef/fr/index/gesundheit/gesundheit/gesundheitsberichte/gesundheitsindikatoren/majordepression.html