Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Infolettre de l'Office du médecin cantonal - Lancement de la campagne de vaccination dans le canton de Berne

Comme les médias s’en sont largement fait l’écho, le vaccin contre le coronavirus est désormais disponible, mais en petites quantités, de sorte que tous les besoins ne peuvent pas être couverts pour le moment. C’est pourquoi la stratégie de vaccination du canton de Berne est mise en œuvre de manière à pouvoir respecter l’ordre de priorité fixé par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) :

  • P1 : personnes de plus de 65 ans et adultes dès 16 ans atteints d’une maladie chronique ainsi que personnel de soins et de prise en charge des établissements médico-sociaux (EMS) ;
  • P2 : personnel de santé en contact avec la patientèle ainsi que personnel d’encadrement s’occupant de personnes vulnérables ;
  • P3 : personnes en contact étroit avec des personnes vulnérables (adultes membres du même ménage) ;
  • P4 : personnes vivant dans des structures communautaires à risque accru d’infection et de flambée (accueillant des pensionnaires de différents groupes d’âges) ;
  • P5 : autres adultes souhaitant se faire vacciner.

Vu le contingentement actuel du vaccin, le groupe cible prioritaire P1 a encore été subdivisé:

  • P1.1 : personnes âgées de 75 ans et plus ;
  • P1.2 : adultes atteints de maladies chroniques à haut risque (voir annexe, tableau 2);
  • P1.3 : autres personnes âgées de 65 à 74 ans ;
  • P1.4 : autres personnes atteintes de maladies chroniques.

A partir du 11 janvier, le canton de Berne va donc commencer par vacciner les personnes de plus de 75 ans, dans les centres dédiés. S’il reste des plages horaires libres, celles-ci seront proposées immédiatement aux adultes présentant le risque le plus élevé d’évolution sévère dans chaque catégorie d’âge (P1.2). Dans un tel cas, l’OFSP exige une évaluation médicale (voir plus bas).Dès que le vaccin sera disponible en plus grandes quantités, il sera dispensé à d’autres groupes cibles selon l’ordre de priorité de l’OFSP.

Seront également vaccinés à partir de la semaine du 11 janvier les pensionnaires et le personnel des EMS. La tâche sera confiée dans une première phase à des équipes mobiles rattachées aux centres puis, dans une deuxième phase (probablement à partir de février), aux médecins des institutions, qui l’assumeront en collaboration avec le personnel qualifié. Le canton fournira des précisions aux médecins des institutions en janvier, puis écrira en février à l’ensemble des médecins établis pour savoir qui souhaite proposer la vaccination en cabinet. Il convient pour ce faire de respecter les directives de l’OFSP et du canton, et en particulier d’utiliser la plateforme numérique de ce dernier permettant de documenter la vaccination (application en ligne Vacme). Le canton devra fixer au préalable et par écrit les conditions générales à remplir par chaque lieu de vaccination afin d’assurer l’observation de toutes les bases juridiques.

Il n’est pas encore possible de savoir précisément quand les vaccins pourront être administrés en cabinet médical. La date dépendra de l’autorisation d’autres produits et de leur disponibilité.
Lorsque le canton obtiendra des lots plus importants, il intensifiera d’abord les opérations dans les EMS et les centres de vaccination. Puis il prendra contact avec les cabinets médicaux les plus éloignés des centres de vaccination qui sont disposés à tenir lieu, seuls ou ensemble, de mini-centres. Ensuite, tous les cabinets souhaitant vacciner pourront commencer à le faire en même temps. Les doses seront réparties en fonction de la disponibilité des produits et du nombre de cabinets intéressés.
Le canton a besoin de votre appui pour pouvoir atteindre une pleine capacité de vaccination. Pour l’heure, il vous serait reconnaissant de conseiller vos patientes et vos patients afin de les aider à prendre la meilleure décision au cas par cas.

Comme indiqué précédemment, les personnes atteintes d’une maladie chronique à haut risque doivent fournir une attestation médicale pour pouvoir se faire vacciner. Le modèle de formulaire (PDF, 501 Ko, 1 page) en annexe devrait vous faciliter le travail. Vous pouvez aussi utiliser une ordonnance ordinaire ou un autre document, tant qu’il en ressort clairement que vous en êtes l’auteur. Doivent y figurer le nom, le prénom et la date de naissance de la personne ainsi que les termes « attestation », « vaccination » et « maladie à haut risque ».

Le processus à suivre pour se faire vacciner est identique dans les centres dédiés et dans les cabinets médicaux. Il est résumé sur l’affichette Comment me faire vacciner ? (PDF, 2 Mo, 1 page) conçue par le canton de Berne. Comme indiqué sur ce document, la population trouvera toutes informations utiles sur le site www.be.ch/vaccination-corona et sur les pages internet de l’OFSP auxquelles il est renvoyé. Le canton de Berne recommande par ailleurs aux professionnel-le-s de la santé de consulter régulièrement la page internet de l’OFSP spécialement élaborée à leur intention, en particulier les questions fréquentes. L’information professionnelle de Swissmedic concernant le vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNTech (état au 22.12.2020) peut être trouvé ici.

Les étapes de la vaccination mentionnées sur l’affichette sont présentées plus en détail ci-dessous.

1./2. Information et décision : la notice Informations sur la vaccination contre le COVID-19 (PDF, 2 Mo, 1 page) et le questionnaire d’auto-évaluation (PDF, 1 Mo, 1 page) constituent la base du consentement éclairé. Celui-ci doit être confirmé une première fois lors de l’enregistrement (en ligne par un clic ou en communication avec le centre d’appel sur pression d’une touche), puis une seconde fois lors de la vaccination (oralement). Il est consigné dans la documentation de vaccination. Le questionnaire d’auto-évaluation (PDF, 1 Mo, 1 page) décrit plusieurs situations dans lesquelles il est recommandé de s’adresser à son médecin pour savoir si une vaccination est conseillée ou non. Veuillez dans un tel cas noter le résultat de la discussion sur une ordonnance ou dans une brève lettre que la personne concernée amènera, le cas échéant, lors de son rendez-vous de vaccination.

3. Enregistrement : il est possible de s’inscrire en ligne (www.be.ch/vaccination-corona) ou en téléphonant au centre d’appel (031 636 88 00), en fournissant dans les deux cas les données de la carte d’assurance (nom de la caisse-maladie et numéro de la carte). Si vous conseillez des personnes non assurées en vue de la vaccination, écrivez à med.vac@be.ch pour établir la marche à suivre.

4. Rendez-vous : une personne peut en obtenir un si, lors de son enregistrement, elle fait partie d’un groupe autorisé à ce moment-là à recevoir le vaccin. C’est actuellement le cas des personnes âgées de plus de 75 ans (groupe cible prioritaire P1.1), les premières à pouvoir être vaccinées, comme indiqué plus haut. Si une personne est attribuée à un groupe non encore admis à la vaccination, elle reçoit au terme de la procédure d’enregistrement une confirmation assortie d’un code à six positions (composé de lettres et de chiffres) et la lettre correspondant à son groupe (A p. ex.). Le canton de Berne communiquera de manière explicite, par différents canaux, l’admission successive des groupes cibles à la vaccination, en précisant leur lettre. Les personnes relevant de ces groupes et dont l’enregistrement a été confirmé pourront alors prendre rendez-vous en ligne ou par téléphone. Le rendez-vous est une étape de la procédure numérique qui ne concerne ni les EMS actuellement, ni les cabinets médicaux le moment venu.
Lorsque le premier rendez-vous est fixé, le second l’est de suite à un intervalle de quatre semaines.

5. Vaccination : la liste de contrôle de l’OFSP sur l’administration de la vaccination et les compléments du canton de Berne (PDF, 484 Ko, 2 pages) sont appliqués sur le lieu de vaccination. En résumé, la réception contrôle les coordonnées et les autres informations fournies précédemment par les personnes souhaitant se faire vacciner et s’assure de leur consentement éclairé. Puis le vaccin leur est administré par du personnel médical qualifié sous la surveillance d’un médecin (cf. infolettre de l'Office du médecin cantonal COVID-19 18/2020). Les personnes vaccinées doivent patienter dans la zone de repos au moins 15 minutes au cas où des effets secondaires surviendraient. Les personnes sujettes aux allergies doivent y attendre 30 minutes. Si un effet indésirable de la vaccination (EIV) apparaît lors du séjour dans la zone de repos ou ultérieurement, la personne concernée doit en informer un-e professionnel-le de la santé, qui signalera l’EIV par l’entremise du portail en ligne de Swissmedic (ELViS), même si le vaccin n’a pas été administré par ses soins. La marche à suivre est disponible ici (PDF, 567 Ko, 5 pages).
Une attestation établie au moyen de l’application en ligne est imprimée pour documenter la vaccination ; à titre facultatif, celle-ci peut être inscrite dans le carnet de vaccination. L’attestation rappelle expressément la nécessité du vaccin de rappel. La seconde injection (PDF, 2 Mo, 1 page), identique à la première, est effectuée dans le même lieu. La personne est immunisée deux semaines après le rappel seulement. A noter que les personnes vaccinées doivent continuer de respecter les règles d’hygiène et de conduite.

*6. Option myCovidVac de mesvaccins.ch : mesvaccins.ch est la solution numérique retenue par l’OFSP pour assurer la disponibilité à long terme des données de vaccination. Pour sa part, le canton de Berne travaille déjà à la mise en œuvre des moyens techniques requis pour la transmission à myCovidVac des données de vaccination. Facultatif, ce processus requiert dès lors le consentement explicite des personnes vaccinées. A cet égard, le canton tient à rappeler que la solution choisie par l’OFSP est la plus susceptible de permettre, à l’avenir, un lien avec le dossier électronique du patient et avec l’établissement de certificats internationaux de vaccination. Il vous prie de bien vouloir intégrer ces éléments de réflexion dans les éventuels conseils que vous prodiguerez à votre patientèle. Attention, il ne faut pas confondre myCovidVac avec le logiciel cantonal VacMe, développé pour enregistrer les personnes, leur donner des rendez-vous et documenter les vaccins administrés, selon les processus décrits plus haut.

*L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a requis la suspension de l’exploitation de mesvaccins.ch pour des raisons de protection des données, conduisant également à l’arrêt du projet myCOVIDvac. Nous vous informerons dès qu’une solution sécurisée et homologuée par le canton permettant la création d’un carnet de vaccination électronique sera disponible (état 26.03.2021).

Annexe

Définition des maladies pour les personnes atteintes de maladies chroniques et à haut risque
OFSP / Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) : Recommandations de vaccination avec le vaccin ARN messager Comirnaty® pour le début du programme de vaccination contre le COVID-19 (état 22.12.20) (PDF, 436 Ko, 17 pages)

Commission fédérale pour les vaccinations (CFV)

Agrandir l'image Commission fédérale pour les vaccinations (CFV)

05.01.2021 / OMC


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.gef.be.ch/gef/fr/index/direktion/organisation/kaza/aktuell/Newsletter-Kantonsarztamt-Impfungen.html